Nos hébergements


La tente prospecteur

A l’origine, la tente prospecteur était utilisée par les indiens montagnais prospecteurs des contrées nord-amérindiennes puis par les chercheurs d’or. Nouvelle tendance du tourisme de plein air et véritable art de vivre, cet hébergement atypique réconcilie la nature, le confort et l’authenticité. Après quelques modifications, la tente prospecteur est devenue idéale pour un week-end en famille ou en amoureux, voir un plus long séjour pour profiter pleinement ! Très habitable, elle permet d’accueillir 7 personnes en toutes saisons.


Les tipis

Ils nous viennent tout droit des plaines amérindiennes, ils offrent un espace de vie spacieux et confortable favorisant la communication et l’échange.

Le tipi est composé de perches disposées en cône, d’une toile extérieure et d’une toile intérieure (lining) qui crée une ventilation permettant de faire du feu dans un pöele mexicain : le Brasero. Sa grande hauteur permet un déplacement aisé et une certaine fraîcheur en été.

Il permet d’accueillir 5 personnes, avec le couchage et le confort compris, en toutes saisons !

Un peu d’histoire…

Les tribus Amérindiennes du Canada
Lorsque les Européens commencèrent à explorer l’Amérique du Nord au XVIe siècle, des centaines de tribus d’Amérindiens occupaient le territoire.
Ces peuples furent nommés « Indiens » par ignorance, car ce sont les Espagnols qui ont donné aux autochtones* le nom d’Indiens (en espagnol : Indios). Christophe Colomb les avait baptisé ainsi parce qu’il n’avait pas su bien évaluer la taille réelle du globe.

Les Britanniques et plus tard les Américains, reprendront le terme « Indians en rajoutant le pré fixe « Red » (Red Indians, en français Peaux Rouges) qui s’opposera à Pale Face (en français : Visages Pâles). Aujourd’hui on utilise en français les termes d’ « Amérindiens » ou « Autochtones ».
Plus tard, les Américains ont voulu conquérir le continent tout entier. La « chasse aux Indiens » deviendra alors un sport national !
Il est souvent difficile de s’y retrouver dans les noms des tribus indiennes. Souvent les historiens occidentaux utilisent un nom d’usage que les intéressés n’utilisent pas eux-mêmes.